EKIN Spray Réparateur Cutané

 
 

16,00

Désinfecte et accélère la cicatrisation de toute plaie superficielle chez le cheval. Forme un film protecteur non occlusif contre les insectes et la poussière.

Favorise une repousse du poil rapide dans la couleur d’origine.

Un packaging sous forme de spray pour une application indolore.

Flacon 200 ml

Fabriqué en France

Description du produit

Composition du spray réparateur cutané

  • Produit 100% naturel et respectueux de l’environnement
  • Produit composé exclusivement d’ingrédients actifs. Les matières premières sélectionnées ont toutes des propriétés qui contribuent à l’efficacité attendue :
  • Huile de neem : par son fort pouvoir antibactérien, antifongique, insectifuge, régénérant et restructurant, désinfecte et protège des agents extérieurs.
  • L’ huile d’argan : par son action cicatrisante et réparatrice, contribue à la réparation de la peau.
  • L’ huile essentielle de lavandin : par son fort pouvoir cicatrisant et apaisant, accentue l’efficacité du produit.
  • Huile de laurier : par son action nourrissante, émolliente et hydratante, assouplie et protège la peau du dessèchement. Elle est cicatrisante et apaisante. Ses propriétés bactéricides, fongicides et répulsive insectes contribuent à assainir les plaies.

Effets du spray réparateur cutané

EKIN Spray réparateur cutané pour désinfecter et accélérer la cicatrisation des plaies superficielles chez le cheval.

  • Forme un film protecteur non occlusif contre les insectes et la poussière.
  • Favorise une repousse du poil rapide dans la couleur d’origine.
  • S’applique sur une plaie propre.
  • Pulvériser 1 à 2 fois par jour jusqu’à complète reconstitution de la peau.
  • Agiter avant emploi.
  • Packaging sous forme de spray pour une application indolore et une répartition homogène du produit sur la plaie.

« Remède pour faire revenir la chair »

Comment optimiser la cicatrisation d’un cheval ?
« Prenez du sang de dragon du véritable, et non du contrefait comme on en vend assez communément à Paris, du bol fin ou d’Armenie, de chacun demie-once, mastic, oliban, et farcocolle de chacun trois dragmes, aloës, aristoloche ronde, et racine d’iris de chacun une dragme et demie ; il faut du tout faire de la poudre, dont vous userez en la mettant toute seule sur la playe, mais plus à propos mêlée avec du sirop de roses, de la therebentine, ou du jus d’absybthe ; cette composition fera revenir la chair, où il n’y avait aucune apparence d’en faire renaître, celle qui est mêlée avec de la therebentine réüssit mieux dans les pieds. »

La peau, plus qu’une simple enveloppe !

Les pathologies cutanées chez le cheval sont source d’inconfort et de gêne dans le travail. L’épiderme du cheval est plus fin au niveau des zones poilues que des zones glabres. Le sébum protège contre les microbes et limite les pertes en eau de la peau. La sueur du cheval est plus riche en protéine que celle des autres espèces, elle a des propriétés antibactériennes, mélangée au sébum, elle forme une émulsion qui constitue le film hydrolipidique. Le PH de la peau du cheval (de 4,8 à 6,8) a des propriétés bactéricides. L’innervation cutanée est très importante chez le cheval en particulier sur la tête et les membres.

Moins de 6h après l’apparition d’une plaie, la contamination bactérienne est considérée comme minime. De 6 à 12h, la multiplication bactérienne s’effectue dans les tissus morts. A plus de 12H, les bactéries gagnent les tissus vifs, la plaie est alors infectée.
La cicatrisation est un processus qui se divise en plusieurs phases : un processus inflammatoire qui a pour rôle de protéger et nettoyer la plaie, un processus de réparation qui va permettre la reconstruction du tissu cutané. Certains facteurs peuvent réduire ou empêcher cette phase de réparation : une infection, des pansements occlusifs, une forte hypothermie,…D’autres facteurs accélèrent la cicatrisation, notamment l’application de désinfectants non desséchants.