EKIN Repousse du Poil

 
 

16,00

Accélère la repousse et consolide le poil. Utile pour les zones de frottement (harnachement, couvertures…). Nourrit le poil.

Flacon de 200 ml

Fabriqué en France

Description du produit

Composition du produit pour la repousse du poil

  • Produit 100% naturel et respectueux de l’environnement
  • Produit composé exclusivement d’ingrédients actifs. Les matières premières sélectionnées ont toutes des propriétés qui contribuent à l’efficacité attendue :
  • Huile d’argan : par son action cicatrisante et réparatrice, contribue à la réparation de la peau
  • L’ huile de ricin : par son action nourrissante et épaississante, favorise la repousse du crin
  • L’ huile essentielle de cèdre : par son action cicatrisante et antiseptique

Effets du produit pour la repousse du poil

EKIN Repousse du Poil accélère la repousse du poil du cheval

  • Agit sur les zones de frottements dues aux pièces de harnachement, couvertures
  • En action préventive il permet de nourrir et consolider le poil et de limiter l’alopécie.
  • Appliquer en faible quantité à la base des crins ou sur les zones concernées, 2 à 3 fois par semaine.
  • Agiter avant emploi

Un peu d’Histoire…

Au 19ème siècle, les maréchaux ferraient et soignaient un grand nombre de chevaux, ils étaient aidés dans leurs tâches par des apprentis, à qui ils remettaient, une fois par an, un pot d’onguent en guise de gratification. Les apprentis proposaient ainsi aux cochers de graisser les pieds de leurs chevaux contre une pièce. Hélas, le pot d’onguent se révélait souvent trop petit, et les apprentis avaient la tentation d’y adjoindre des graisses de mauvaise qualité, qui se révélaient néfastes et échauffaient la couronne.  Les cochers prirent donc l’habitude de spécifier aux apprentis de ne pas graisser la partie haute du sabot…

C’est ainsi qu’est née la célèbre polémique du « doit-on graisser ou non le sabot jusqu’en haut ? » Question qui ne se pose plus avec l’utilisation de bons produits. Voir le conseil de pro « Bien graisser les pieds de son cheval ».

La peau, plus qu’une simple enveloppe !

Les pathologies cutanées chez le cheval sont source d’inconfort et de gêne dans le travail. L’épiderme du cheval est plus fin au niveau des zones poilues que des zones glabres. Le sébum protège contre les microbes et limite les pertes en eau de la peau. La sueur du cheval est plus riche en protéine que celle des autres espèces, elle a des propriétés antibactériennes, mélangée au sébum, elle forme une émulsion qui constitue le film hydrolipidique. Le PH de la peau du cheval (de 4,8 à 6,8) a des propriétés bactéricides. L’innervation cutanée est très importante chez le cheval en particulier sur la tête et les membres.

Moins de 6h après l’apparition d’une plaie, la contamination bactérienne est considérée comme minime. De 6 à 12h, la multiplication bactérienne s’effectue dans les tissus morts. A plus de 12H, les bactéries gagnent les tissus vifs, la plaie est alors infectée.
La cicatrisation est un processus qui se divise en plusieurs phases : un processus inflammatoire qui a pour rôle de protéger et nettoyer la plaie, un processus de réparation qui va permettre la reconstruction du tissu cutané. Certains facteurs peuvent réduire ou empêcher cette phase de réparation : une infection, des pansements occlusifs, une forte hypothermie,…D’autres facteurs accélèrent la cicatrisation, notamment l’application de désinfectants non desséchants.