EKIN Onguent Tendons

Onguent Tendons
 
 

20,00

EKIN Onguent Tendons contribue à soulager douleurs et contusions sur les tendons. Après l’effort, il aide à resserrer les tendons, apaiser les membres, améliorer la circulation et  apporte un réel confort au cheval.
Il pénètre facilement sous le poil et ne laisse pas de trace.

Appliquer en petite quantité 2 à 3 fois par semaine par un massage à rebrousse poil jusqu’à complète absorption. Idéal avant ou après le travail.

Stabilité du produit entre 4 et 40 degrés

Pot de 500 g

Fabriqué en France

Contient des huiles essentielles. Peut provoquer une allergie cutanée.

(Composition et conseils ci-dessous) 

Description

Composition de l’onguent tendons

Produit 100% naturel et respectueux de l’environnement

Produit composé exclusivement d’ingrédients actifs.

Les matières premières sélectionnées ont toutes des propriétés qui contribuent à l’efficacité attendue :

  • L’arnica et le calendula : réparateurs, antioxydants et antalgiques contribuent à soulager les tendons et stimuler la réparation des tissus tout en les protègant du vieillissement.
  • L’argile verte : astringente, réparatrice, contribue à soulager les douleurs et favorise le désengorgement des tissus. Elle contribue à apaiser et réduire les œdèmes.
  • L’huile essentielle de cèdre : veinotonique, contribue à stimuler la circulation sanguine et resserrer les tissus.
  • L’huile essentielle d’eucalyptus citronné : réparatrice et apaisante contribue à soulager les tendons.
  • L’huile essentielle de menthe poivrée :effet réfrigérant qui contribue à  soulager les douleurs articulaires et musculaires.

Contient également : Huile végétale de tournesol, Cire d’abeille, Vitamine E

500 g

Contient des huiles essentielles. Peut provoquer une allergie cutanée. 

Effets de l’onguent tendons

EKIN Onguent Tendons contribue à soulager douleurs et contusions sur les tendons.

  • Après l’effort, il aide à resserrer les tendons, apaiser les membres, améliorer la circulation et  apporte un réel confort au cheval.
  • Il pénètre facilement sous le poil et ne laisse pas de trace.

Conseils d’utilisation

  • Appliquer l’équivalent d’une petite bille par tendon 2 à 3 fois par semaine par un massage à rebrousse poil jusqu’à complète absorption. Inutile d’enlever le produit ensuite.
  • Bandes, protections et douche sont possibles sans réduire l’efficacité.
  • Il s’élimine facilement des mains par simple essuyage.
  • Un packaging tout en un, avec spatule intégrée, évite de prendre directement le produit avec la main et de le souiller lors des applications successives.
  • Stabilité du produit entre 4 et 40 degrés

Onguent tendons 100% naturel - EKIN

« Baume admirable pour effort de jarret »

« Au mois de Mai et de Juin mettez dans une fiole capable de contenir deux pintes, le plus que vous pourrez de feuilles de roses, et dans une aussi grande, la même quantité de fleurs d’hipericum ou mille-pertuis, et par-dessus trois demi-septiers d’huile d’olive dans chaque fiole, exposez le tout au soleil, légèrement bouché pendant les grandes chaleurs, et outre ces deux fioles dans un pot de grais capable de contenir trois chopines, mettez la mente à côte rouge, nommée baume, herbe à la reyne ou petun, du romarin feüilles et fleurs, orpin qui est une espèce de joubarbe, mille feüilles, autant de l’un que de l’autre coupé menu, et une pinte d’huile d’olive, bouchez le pot avec vessie de porc ou parchemin moüillé en trois ou quatre doubles, troüez ou percez le parchemin avec une épingle, et l’exposez au soleil dans les grandes chaleurs, remuant tous les deux jours les herbes et les fleurs, et cela pendant un mois, après quoi vous verserez le tout dans une bassine, à savoir ce qui est dans le pot et dans les deux fioles, avec une pinte de gros vin, une livre de graisse de cheval, demi-livre de graisse de tesson si vous en pouvez avoir, au défaut, de la graisse de chapon ou de poule, non de celle qu’on ramasse dans la lèchefrite en rôtissant, mais de celle qu’on a séparé des boyaux avant que d’être cuite, et une livre de sucre, avec quatre poignées de fleurs de camomille et de melilot, faites cuire le tout à feu clair, remuant sans cesse jusqu’à ce que toute l’humidité soit consommée et que les herbes et les fleurs soient sèches : lors passez au travers l’étamine de crin, jettez le marc, remettez la liqueur passée dans la bassine, et ajoutez deux livres de therebentine de Venise, faites cuire à tout petit feu, jusqu’à ce que le baume soit fait, c’est-à-dire toutes choses bien mêlées, et gardez le baume dans une fiole légèrement bouchée. »

Les molettes : pourquoi reviennent-elles sans cesse ?

molettes

Les molettes préoccupent beaucoup de cavaliers, car elles sont relativement fréquentes et semblent traduire une lésion tendineuse.

Une « molette », « synovite idiopathique » ou encore « tare molle » est une effusion synoviale chronique d’une articulation ou d’une gaine tendineuse. Plus simplement, il s’agit d’une  fuite du liquide (« synovie ») contenu dans les articulations et dans les gaines entourant les tendons, assurant leur lubrification. C’est pourquoi il existe deux types de molettes : articulaires et tendineuses. Il n’y a généralement ni douleur ni boiterie.

Leur cause est généralement inconnue (« idiopathique »). Les molettes se formeraient à la suite d’un déséquilibre de la production de synovie. On peut noter que les molettes articulaires apparaissent souvent chez des chevaux pratiquant un entraînement trop intense sur terrain dur. Les molettes tendineuses naissent avec la fatigue, un traumatisme, un travail trop conséquent sur un terrain non adapté…

Une distension (perte d’élasticité) irréversible de la gaine en découle. Une fois distendue, la gaine se fibrose (« remodelage »). La pression étant négative, le liquide tend à s’accumuler, même s’il est enlevé régulièrement.

Le jarret et le boulet sont des articulations particulièrement sujettes à cette pathologie. On parle d’ailleurs plutôt de « vessigons » dans la région du jarret.

Diagnostic

Le diagnostic est clinique : on observe une ou plusieurs boules molles au niveau du boulet ou du jarret, sans chaleur ni douleur. Il ne faut pas confondre molette et engorgement.

molettes

En effet, l’engorgement est causé par une mauvaise circulation de la lymphe (liquide dérivé du sang intervenant dans les échanges cellulaires).

Il peut être provoqué par une immobilité prolongée, un entrainement mal conduit, une affection du pied, un traumatisme, une infection…

 

 

 

Traitement

On peut éventuellement réaliser un drainage du liquide synovial, mais celui-ci n’est utile que s’il est très précoce. En effet, une fois que le remodelage de la membrane synoviale a eu lieu, l’articulation se re-remplira toujours et on aura donc une récidive très rapide. Il est possible de retarder et de limiter les récidives en appliquant l’onguent tendons EKIN, aux propriétés anti-inflammatoire, astringente et veinotonique.

Attention, ce n’est pas une molette si la grosseur durcit, devient chaude, saigne ou augmente brusquement de volume. Il faut alors rapidement faire venir son vétérinaire.

 

Juliette Delaere, étudiante à VetagroSup Lyon